[11/1 - 9/2] Frites et Manioc - programme autour de l'exposition

15676390 1182373661877273 6251093074075371922 oEn partenariat avec la Maison du Livre et le Centre Librex, Présence et Action Culturelles vous invite à vous immerger au coeur de la population issue de l’immigration subsaharienne de La Louvière : des groupes de jeunes en rue, des familles au snack, des enfants à l’école, des femmes et des hommes au travail ou sans emploi, des familles à l’église, des artistes...

Une exposition du collectif De Vizu, six photographes soucieux de pratiquer une photographie humaniste qui aborde au travers de reportages documentaires des questions sociales, politiques et culturelles. Au menu également: intervention slammée et conférences-débats!


Mardi 16 janvier - 18h à 20h30 : vernissage suivi de GesteParole, une intervention slamée de Jah Mae KÂN et Sylvie BRUNO

 

Vincenzo Chiavetta, Fabienne Denoncin, Sébastien Jacquet, Viviane Stevens, Bénédicte Thomas et Véronique Vercheval sont partis à la rencontre de ces personnes, différentes par la couleur de leur peau, leur vécu, leur histoire, leur culture, se côtoient dans la ville mais ne se connaissent pas et ne se mélangent guère. L’espace public est disponible pour tous mais qu’en est-il de la rencontre ? Le collectif De Vizu a donc cotoyé ces primo-arrivantes et afro-descendantes, pour faire connaissance, pour comprendre leur vécu et tenter de tisser des liens. Car « à l’heure où les murs s’élèvent, partout en Europe et dans le monde, il est urgent de construire des ponts entre tous, de réapprendre à vivre ensemble, de tenter la connaissance et la solidarité. Chaque image de ce livre est le résultat d’une rencontre. Pas d’images volées, juste des images offertes et des moments partagés. Circonscrire le propos dans un espace géographique réduit nous a permis de nouer des relations plus riches. Nous avions notre ville en commun. C’était un beau point de départ. »

 

26230118 10155094104910069 91450143596800671 n
Après une discussion entre photographes et photographiés, Jah Mae KÂN (poète performeur, conteur, comédien, percussionniste et Sylvie BRUNO (formatrice en danse, danse-thérapeute) prendront la parole afin de proposer GesteParole, une intervention slamée et pensée comme un rituel. Un agencement de gestes parlés, chantés ou silencieux pour exprimer un questionnement profond. Un voyage symbolique qui associe texte, tracés, mise en mouvement et interventions instrumentales.

 


 

Jeudi 25 janvier - 19h : conférence-débat autour du livre "Racisme anti-Noirs : entre méconnaissance et mépris"

 

racisme anti noirs affiche a4Les stéréotypes infantilisants à l’égard des « noirs » sont une illustration éloquente du racisme à leur égard, essentiellement caractérisé par le mépris. Aujourd’hui, le silence médiatique, politique, académique et associatif assourdissant qui entoure l’« afrophobie » s’inscrit dans une tradition de déni de reconnaissance, de marginalisation ou d’« invisibilisation » des « Noirs ». Il convient dès lors de se demander qui parle pour les « Noirs » ? Pourquoi l’« afrophobie » est-elle une forme de racisme méconnue, jugée inoffensive, voire méprisée ? Par quels processus les voix des diasporas africaines sont-elles rendues inaudibles ?

Afin de répondre à ces interrogations, les auteurs de l’ouvrage Racisme anti-Noirs : entre méconnaissance et mépris ont rencontré 85 acteurs de la lutte antiraciste et leur ont soumis un questionnaire. L’analyse des résultats révèle une situation qui interpelle : les antiracistes ont de très faibles connaissances sur l’histoire coloniale, ainsi que sur les réalités et les conséquences du racisme que subissent les Afrodescendants. Plus encore, les associations dont émanent les acteurs interrogés sont souvent loin d’être exemplaires. Ce livre - et cette conférence - entendent donc questionner ce racisme paradoxal, à savoir celui que l’on retrouve au sein-même des institutions censées le combattre. 

s200 mireille tsheusi.robertMireille TSHEUSI-ROBERT, formatrice et activiste antiraciste, cofondatrice de l’Asbl BAMKO (Belgian Afro-descendants Muntu-Kemit Committee), un comité féminin qui accompagne les personnes victimes de racisme. Elle est aussi auteure de nombreux livres et articles dont Racisme anti-Noirs : entre méconnaissance et mépris aux éditions Couleur Livres/BePax (2016, co-écrit avec Nicolas Rousseau) et La Couleur du Risque, jeunes afro-descendant.e.s et entrepreneuriat (2017, co-écrit avec Sarah Demart).

 


  

Vendredi 9 février - 19h30 : finissage, suivi de la rencontre-débat "Créer en post-colonie... décoloniser les regards"

 

26685531 10155096345245069 3399014951441653378 oDans un projet tel que Frites & Manioc, nous ne pouvons pas faire l’impasse sur la question paradoxale qu’il porte en lui. Qu’avons-nous fait de nos rapports de forces ? C’est toute la question du dépassement de la multi-culturalité pour parvenir à l’inter-culturalité. Avec nos invités, nous tenterons de réfléchir au traitement de la décolonisation des mentalités. L’enfer est pavé de bonnes intentions ! Mais que pouvons-nous mettre en œuvre à leur égard? Hors de leurs contextes, certains des projets portés par ces bonnes intentions continuent à véhiculer, dans nos consciences imprégnées d’antiracisme politique dé-colonial, des réflexes paternalistes. Ce sont les interactions qui font la différence, et c’est ce dont nous vous invitons à venir discuter ensemble..

Intervenant·e·s : Gia ABRASSART (journaliste et porteuse du projet « Café Congo »), Mireille TSHEUSI-ROBERT (éducatrice et présidente de l’association « Bamko-BaYaYa »), Frédéric LUBANSU, membre d’Afropean Project, John’s MBULULA (sous réserve) et Mourad BOUCIF (réalisateur, représentant du groupe décolonisation du Mrax).


Date : du 11 janvier au 9 février
Lieu : La Maison du Livre - Rue de Rome 24-28 - 1060 Bruxelles
Infos : 02/545.77.61 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

ENTREE LIBRE !


  • Analyse #13 - Marc Sinnaeve - Le temps des humiliations flamandes

    sinnaeveEn se disant foncièrement belges et partisans d’une Belgique unie et solidaire, nombre de francophones ignorent, en toute bonne foi, qu’ils ne parlent pas de la même Belgique ni du même rapport à celle-ci que leurs compatriotes flamands : celle qui, pour eux, fait figure de « mère-patrie » est aussi celle qui, dès l’indépendance, a abandonné à leur sort ses enfants flamands en choisissant le français pour seule langue officielle. C’est là le terreau du clivage opportunément appelé « centre – périphérie », bien qu’il soit souvent ramené à de simples « querelles linguistiques Nord-Sud ». Il y est bien question de langues, certes, mais aussi de domination socioculturelle et de rapport de classes.

    Lire la suite

Avec le soutien de

150px Logo federation wallonie bruxelleslogo wallonie definitifLoterie Nationale 3 ans site e lottosponsor logo region bruxelles capitale 200x200logo drapeau fse

Inscrivez-vous à notre newsletter

rencontres-débats

midiâc

Découvrez notre chantier

logo boussole

Campagne actuelle

logo campagne 2018
 

Campagnes précédentes

campagne site
 

Nouvelle publication

CEP 51 couverture s
Le droit à l'habitat, une priorité sans appel
(Cahier de l'Education permante n°51)

Ecrivains Publics

149545 102067123198829 5841012 n

Rencontres PhilO

Réseaux Sociaux

Nous contacter

Présence et Action Culturelles
Rue Lambert Crickx 5
1070 BRUXELLES

02 545 79 11
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.