sabineAu travers de formes très diversifiées en Europe mais qui ont tendance à s'homogénéiser, chacun espère un « vrai habitat ». Ce mot a d'abord relevé du registre botanique et zoologique désignant un milieu de vie adapté à l'animal ou au végétal(1), avant de s'étendre à l'habitat humain. Aujourd'hui, la difficulté de l'homme à rechercher un chez-soi est confronté, à l'heure de l'urbanisation généralisée, à de nouvelles complexités. A la constatation que la pratique des espaces urbains amène à se déconnecter physiquement du lieu de résidence, s'ajoute celle de l'importance des relations aux alentours. Face à des situations qui se généralisent de travail ou de loisirs largement éclatées dans l'espace géographique, de nouvelles formes d'inscription dans le quartier, le voisinage, reprennent vigueur.

marcsLes politiques socio-économiques et les mécanismes redistributifs de l'État social n'ont pas seulement généré, entre 1945 et 1975, trente années de prospérité d'une ampleur inédite, qui, en liant croissance économique et progrès social, ont fait reculer le paupérisme, les inégalités et l'insécurité sociale. Elles ont aussi permis qu'une partie considérable des richesses de la société puisse échapper à l'emprise du marché. Sans pour autant rompre avec les fondamentaux de celui-ci. Que retenir de cette construction historique ?

marcsLe traitement médiatique du mouvement social trahirait-il une volonté de disqualifier l'action syndicale ? Non. L'éthique professionnelle est respectée. Les points de vue des divers acteurs trouvent à s'exprimer. Les discours des uns et des autres sont interrogés, confrontés. Pourquoi, alors, cette impression lancinante, dans les rangs de la mobilisation sociale au moins, d'un déséquilibre, d'un parti-pris antisyndical ou antigrève ? Plus que dans les énoncés et les contenus, c'est dans les cadrages de l'information qu'il faut chercher une possible réponse.

arnspergerImaginer aujourd'hui un avenir socioéconomique viable, donc écologiquement soutenable dans la durée, c'est devoir se transposer dans une configuration énergétique et ressourcielle très différente de celle que nous connaissons actuellement. La critique du capitalisme ne peut éviter aujourd'hui de s'ancrer dans un réalisme écologique, tout simplement parce que c'est par la lente désintégration environnementale qu'il est en train d'engendrer que le capitalisme va s'autodétruire en tant que logique systémique.

bodinauxPays de 43 millions d'habitants, la Colombie connaît depuis plus de 50 ans un conflit armé interne entre les groupes d'opposition, les paramilitaires et les forces de sécurité gouvernementales. La persistance de cette guerre, en présence de multiples acteurs aux logiques territoriales diverses, a généré une profonde crise humanitaire et sociale ainsi que des violations massives des droits humains. Cette situation a des répercussions importantes sur la population civile, surtout dans les zones rurales. Historiquement lié aux accaparements de terre, le conflit, teinté d'enjeux économiques importants, a provoqué le déplacement forcé de trois à cinq millions de personnes, les spoliant ainsi de plus de huit millions d'hectares parmi les meilleures terres.

jean-cornilNul ne sait évidemment prédire l’avenir du capitalisme. Mais la combinaison des quatre grandes critiques – sociale, morale, écologique et existentielle - de cette logique économique, quelle que soit la sensibilité politique ou l’approche philosophique que chacun partage, dresse le portrait d’un système qui, à terme, s’avère destructeur tant pour l’homme que pour la nature. De la dynamique du capitalisme, qui a permis un enrichissement et un bien-être inouïs pour une partie de l’humanité en quelques siècles, à la dynamite du capitalisme qui s’apprête à exploser face aux limites physiques des écosystèmes et face aux inégalités vertigineuses qu’il engendre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Réseaux Sociaux

Nous contacter

Présence et Action Culturelles
Rue Lambert Crickx 5
1070 BRUXELLES

02 545 79 11
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.