Analyse #27 – Jean Cornil – Secousses civilisationnelles (II)

Categories : 2013, Analyses
jean cornil

Bien évidemment dans une complexité inouïe que je résume à l’excès en ces pages. Cette refonte fondamentale transforme le rapport de l’homme au monde, non seulement dans le référant légitime, la classe sociale détentrice du pouvoir symbolique, le statut de l’être humain, le mythe d’identification personnelle ou le contrôle des flux d’informations, mais aussi dans la figure du temps, l’idéal du groupe ou le milieu géographique stratégique. Ainsi quand l’écriture domine, c’est le cercle, le retour, la répétition qui traduit le vecteur du temps. Au moment où l’imprimerie s’impose, c’est le temps conçu comme une ligne, une histoire, un progrès, un futur, un avenir qui commande la manière dont chacun envisage le déroulement des jours et des nuits. Avec l’apogée au moment des Lumières qui ne conçoit la destinée humaine qu’en termes d’évolution progressive vers plus de progrès, plus de démocratie, plus de raison, plus de bonheur.

 

Une analyse de Jean Cornil, essayiste

Télécharger l’analyse