Analyse #25 – Jean Cornil – L’odyssée du capitalisme – Critiques

Categories : 2104, Analyses
jean cornil

Face au développement de l’économie marchande, les interrogations morales et sociales remontent à la Grèce antique et au Moyen-Âge. Pour le philosophe Aristote, l’échange marchand doit rester dans certaines limites, sous peine d’hybris, de démesure, péché capital pour les anciens grecs puisque ce comportement revenait à défier les dieux et à bouleverser l’ordre naturel de l’harmonie du monde. L’échange marchand est acceptable lorsqu’il vise à satisfaire un besoin, à obtenir une valeur d’usage. L’argent n’est alors qu’un moyen afin de faire circuler les marchandises. En revanche, Aristote condamne fermement l’accumulation sans limite de la richesse, ce qu’il appelle la chrématistique et qui conduit à briser l’unité et la cohésion de la cité. Il oppose d’ailleurs clairement l’économique (oikos, l’art d’administrer sa maison) et la chrématistique (l’art d’acquérir de la richesse) qui nous fait oublier l’essentiel de la vie au profit du luxe et du superflu.

 

Une analyse de Jean Cornil, Essayiste

Télécharger l’analyse